ES-TU VRAIMENT FAIT POUR ÊTRE ÉCRIVAIN ?

Ah, le cliché du métier d’écrivain facile et peinard…
Il vend du rêve ce métier, tu t’imagines tranquille à la maison toute la journée, à écrire, ta musique préférée en fond sonore, un thé sur le coin de ton bureau, tu te vois peut-être en auteur best seller, travaillant quand bon te chante…
Je vais casser ton trip avec cet article, mais c’est pour ton bien !

 

IL FAUT BOSSER, HÉ OUI !

Écrire un article demande de la réflexion, de la recherche parfois, des connaissances en SEO, le talent d’écriture seul ne suffit pas.
Et si tu te lances dans l’aventure “roman”, il ne s’écrira pas tout seul, il te faut de la discipline, et surtout conscience qu’une fois écrit, il te demandera un gros travail de relecture, correction, édition, il faudra le faire relire par des tiers, re-corriger, re-éditer… cette phase est parfois encore plus longue que l’écriture en elle-même. N’attends pas de l’éditeur à qui tu l’envoies (si tant est qu’il accepte ton manuscrit) de corriger 3 fautes par phrase et de te dire quoi réécrire si tu n’as pas fait ce travail en amont. Tu n’envoies pas un brouillon, mais ce que tu considères comme la meilleure version possible de ton histoire.

 

LE SYNDROME DE LA PAGE BLANCHE N’EXISTE PAS

Aucune excuse, c’est la discipline et l’habitude qui te feront écrire. Ça ne sera pas forcément évident au début car comme toute habitude, il faut la cultiver pour l’acquérir, mais oublie l’excuse du syndrome de la page blanche, si tu n’as pas l’inspiration, c’est que tu manques de motivation. Et si tu n’écris pas par manque de motivation, tu n’es pas fait pour être écrivain.
Comme tout métier, même quand tu n’as pas envie, il faut le faire, sinon c’est un loisir que tu ne prends pas au sérieux, et tu n’en vivras jamais.

 

Je t’aide à vaincre le syndrome de la page blanche !

 

MÉTIER ET ART : L’UN N’EMPÊCHE PAS L’AUTRE

Un cliché tenace du métier d’écrivain (et de tout métier artistique) est que ce n’est pas sérieux, voire que si on fait d’un loisir un métier, alors on ne travaille pas vraiment.
Si toi-même tu verses dans ce cliché, alors oublie ta professionalisation dans cette branche. Tu dois toi-même te considérer comme légitime, sinon tu risques de t’auto-saborder par manque de confiance. Crois en toi, et bosse !

 

PAS DE PLACE POUR L’EGO ET LA SUSCEPTIBILITÉ

Tu écris, c’est pour qu’on te lise. Tu t’exposes donc à la critique et au rejet. Si tu ne peux pas voir ton roman rejeté par les éditeurs sans en perdre le sommeil, lire un commentaire négatif sans t’énerver derrière ton écran, ou pire, répondre au malandrin d’une façon digne du capitaine Haddock, remballe ton ego et change de métier. De la critique, tu vas en manger. Positive, négative, il faut garder la tête froide dans tous les cas, et savoir prendre le constructif pour t’améliorer, et laisser le reste. Et surtout, accepter l’échec et continuer quand même.

 

IL FAUT ÊTRE RÉALISTE ET FLEXIBLE

Être publié chez un éditeur est difficile. Gagner sa vie avec ses livres, encore plus (seulement 40 auteurs français vivent de l’écriture uniquement). Donc oublie la carrière à la J.K. Rowling, et reste réaliste. Mais ne te décourage pas !
Vendre tes articles est un travail de démarchage constant, tu vas en vendre un ici et là, si tu as de la chance tu travailleras pour le même client/site pour une période longue, mais ça nécessite de pouvoir assurer des articles réguliers, rapidement, de t’adapter au ton de chaque client, au support sur lequel tu vas être publié, donc d’être flexible à volonté.
Tout en sachant garder ton style, ce qui démarque tes articles, si c’est grâce à cela que ton client t’a choisi.
Tout en étant capable d’effacer tout ce qui fait ton style, si le but est d’écrire des articles au ton neutre.

 

ALORS, TU PENSES ÊTRE FAIT POUR ÊTRE ÉCRIVAIN ?

Comments

  • La parenthèse psy

    Hello ! C’est l’objectif de mon conjoint. Après 5 ans à écrire son premier roman, il commence à le faire lire à des libraires, journalistes et autres écrivains publiés pour avoir un retour avant de l’envoyer dans les maisons d’éditions. C’est un univers vraiment difficile, … et c’est parfois pas toujours évident pour l’entourage: écrivain, c’est flou et cliché effectivement. Mais je travaille sur mes représentations et ton article est très juste !
    https://la-parenthese-psy.com/

    Reply to La parenthèse psy
    • Cloudbusting

      Je pense que tant qu’on ne s’y est pas frotté, on ne réalise pas le parcours du combattant pour se faire éditer, et que le travail à faire en amont est crucial, bon courage à ton mari !

      Reply to Cloudbusting

Envie de commenter ?

Previous post

5 RÈGLES POUR QUE TES CLIENTS PAYENT À TEMPS

Next post

2018 : PAS DE RÉSOLUTIONS, DES PLANS !

J'utilise des cookies sur mon site pour te garantir une navigation agréable et sécurisée. Pour continuer à le découvrir, je t'invite à accepter les cookies ! / I use cookies on my website to offer you a nice and safe experience. To go on with your visit, accept the cookies! Politique de confidentialité / Cookies policy

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer