Ça y est, tu as quitté ton emploi salarié, et tu t’es lancé en freelance ! Tu peux bosser en pyjama, devant la TV, manger à n’importe quelle heure… mais tu vas rapidement te rendre compte que tes anciennes habitudes et ta liberté nouvellement acquise vont clasher très vite !
Pas si facile, la transition, quand on est habitué à bosser pour quelqu’un, avec des horaires imposés !
J’avais donc envie de passer en revue avec toi les points les plus importants de cette transition, ceux qui te permettront de garder la tête froide et de ne pas tout planter dès le début..

 

TROUVE TON RYTHME

Tu as bossé pendant des années de 9h à 17h, du lundi au vendredi. Imagine, on est mercredi midi, tu as fini tout ce que tu avais à faire pour la journée, et tu sais parfaitement que tu tiendras ton planning pour le reste de la semaine… et il y a cette série qui te fait de l’oeil, que tu meurs d’envie de regarder. Mais on est mercredi, tu es censé(e) bosser !
Tu es sûr(e) ? C’est qui le patron ? Oui, c’est toi ! Au diable cette culpabilité inutile qui t’empêche de faire un break en pleine semaine, si tu sais que ton planning sera respecté, rien ne t’empêche de te vautrer dans le canapé ! C’est toi qui sait si tu as le temps ou pas, et tu n’as quand même pas quitté ton boulot salarié pour continuer à subir ton emploi du temps !

D’ailleurs, tu remarqueras que cet article est posté un mardi au lieu de l’habituel lundi, tout simplement parce qu’hier, j’étais au ciné ! Ouais, en pleine après midi, un jour “de boulot” !
Je n’avais pas d’article d’avance pour cause de trop plein de boulot ces dernières semaines, je vais rattraper cela dans les deux prochaines semaines sans problème, et je sais que je peux décaler le blog sans que cela crée de soucis (chose que je ne ferais pas avec un client, soyons clairs, le niveau de responsabilité n’est pas le même). Je lâche du lest (chose que j’ai beaucoup de mal à faire encore aujourd’hui) et je profite de petits moments sympas pas seulement le week end !

,

DEVIENT AUTONOME

Plus personne pour te dire quoi faire, le bonheur ! Tu fais ce que tu as à faire quand tu veux, comme tu veux !
Et justement, tu n’auras plus personne pour te rappeler les deadlines, les tâches ne vont pas s’ordonner pour toi, et tu vas devoir tout gérer de A à Z. Il va donc falloir organiser, prioriser, et te prendre en main. Agenda, bullet journal, post its, quel que soit le système, note tout et surtout, optimise ton temps, sinon tu seras vite submergé(e) et tu risqueras le naufrage.
La liberté a un prix, et c’est celui de la responsabilisation !

Perso j’utilise un bullet journal vu que je navigue entre romans, articles, traductions, coachings… Je peux y créer les pages nécessaires selon mes besoins en plus d’un planning à mon image (chose impossible avec un agenda). J’ai par exemple une page “Brain Dump” où je note toutes les idées qui me passent par la tête, une page pour tous mes sujets d’articles pour le blog dans lesquels je pioche au fur et à mesure, une page pour ma vue de la semaine…

.

RESTE HUMBLE

Quand on est salarié, et même si on n’aime pas son job, on y va, on fait son boulot, la peur de se faire enguirlander par le patron, voire de perdre son emploi suffit à apporter la motivation nécessaire pour se lever tous les matins. Et à la fin du mois, pas de surprise, le salaire tombe.
En freelance, il faut garder un peu de cette peur (de perdre le client, de ne pas boucler les fins de mois) car la liberté peut vite monter à la tête et te faire croire que tu es invincible. Bon, au début, cette peur sera là, ne t’inquiète pas, tu auras tout loisir de l’expérimenter ! Mais une fois ton rythme de croisière atteint, reste humble, et ne crois jamais que tu as tout et que rien ne te l’enlèvera : un client régulier qui n’a plus besoin de tes services, ça arrive vite !

Il y aussi l’inverse, le client que tu jartes parce que c’est juste plus possible (mauvais payeur, ne sait pas ce qu’il veut voire t’entube), rester humble ne signifie pas faire la carpette, hein ? Tu ne peux pas tout accepter et malheureusement ce cas de figure donne le même résultat :  un client en moins. N’arrête jamais de prospecter, réseauter.
Mais surtout, surtout, rester humble signifie que même lorsqu’un client est difficile à gérer, ton boulot ne doit JAMAIS s’en ressentir, oeil pour oeil n’existe pas en freelance, ta réputation est en jeu et tu ne dois jamais donner au client avec lequel tu cesses de travailler l’occasion de parler en mal de toi et ton travail.

.

ET TOI, QUELLE A ÉTÉ TA TRANSITION LA PLUS COMPLIQUÉE EN DEVENANT FREELANCE ?