Je donne pas mal de conseils sur ce blog, mais il y en a quelques-uns que tu ne verras pas ici, parce que je ne les suis pas, et surtout, parce que je ne crois pas à leur efficacité infaillible. Attention, je ne dis pas qu’ils ne fonctionnent pour personne, juste que si tu sens au fond de toi que ça ne colle pas avec tes envies/ta façon d’écrire, ça ne sert à rien de t’acharner à vouloir les suivre.
En effet, il ne faut pas gober tout ce que tu vois passer ! Cela vaut pour tout, pas que pour les points ci-dessous, mais ceux-là me paraissent revenir bien trop souvent sur le net sous forme de “si tu ne fais pas ça, tu ne réussiras jamais en tant qu’écrivain”.
C’est donc parti pour les 5 conseils pour écrivains que je ne suis pas (et tout va bien) !

 

1 – PLANIFIER L’ÉCRITURE DE TON ROMAN

Je t’avoue que personnellement, je ne verrais aucun intérêt à écrire une histoire si je sais comment elle va se dérouler. Parfois, je ne connais même pas la fin !
Je ne planifie donc jamais mes romans, ni les étapes de l’histoire – qui reste souvent aussi haletante pour moi que pour mes lecteurs, ni le caractère de mes personnages – que je découvre au fil de mon écriture, comme s’ils avaient leur propre vie bien avant que je décide de parler d’eux, et parfois, pas même la fin, qui peut me surprendre moi-même.
Si tu as besoin d’un cadre, fais un plan bien évidemment, mais en aucun cas tout prévoir à l’avance n’est synonyme de réussite à mener à bien ton roman ! C’est à toi de voir si tu sais de façon innée comment conduire un roman, ou si tu as besoin de tout coucher sur papier comme une carte routière.

 

2 – N’ÉCRIRE QUE CE QUE TU CONNAIS

Écrire uniquement sur les sujets que tu connais te fera vite tourner en rond. Il ne s’agit pas, cela dit, de piocher un sujet inconnu et d’écrire n’importe quoi ! Mais rien ne t’interdit de choisir une thématique qui te plait, dont tu ne sais rien, et de faire tes recherches ! N’invente rien, vérifie tout, lis, pose des questions. Tu apprendras énormément, tu te passionneras même peut-être pour un tout nouveau domaine !
Ne pense jamais que ne pas connaître quelque chose te rend illégitime à en parler : si tu as la motivation nécessaire pour maîtriser le sujet, alors fonce !

 

3 – ÉCRIRE UN PREMIER JET CONTENANT TOUT CE QUI TE VIENT

Je serai beaucoup plus catégorique sur celui-ci : un premier jet ne doit JAMAIS être un ramassis de tout ce qui te passe par la tête pour ton histoire, avec dans l’idée de corriger et mettre en forme par la suite. En faisant ça, tout ce que tu auras est un texte informe, bourré de passages bons pour la poubelle, que tu n’auras absolument aucune envie de retravailler.
Les idées sont à noter comme elles viennent, à part, et tu utiliseras les plus pertinentes seulement : ton premier jet n’est pas une boîte à suggestions, c’est déjà un travail de modelage et de développement. Si tu sens que quelque chose ne colle pas dans ton texte pendant cette étape préliminaire, ignorer le problème te bloquera peut-être plus avant dans ton histoire, voire te forcera à réécrire des chapitres entiers parce que tu as fait fausse route.
Écris toujours ton premier jet comme s’il était le dernier, tends toujours vers le mieux que tu peux faire, à toutes les étapes.

 

 

4 – LIRE BEAUCOUP DE LIVRES

L’adage “ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité” résume bien les choses : si tu t’enfiles 50 volumes Harlequin par mois, je doute que cela t’avance beaucoup…
Ne lis pas tout ce qui te passe sous la main sans faire de distinction parce que tu penses que cela te construit en tant qu’écrivain. Lis de tout, dans des styles et catégories différentes, c’est la seule chose qui, à mon avis, t’aidera réellement. Vois cela comme une culture générale littéraire.

 

5 – N’ÉCRIRE QU’UNE CHOSE À LA FOIS

Encore une fois, si tu fonctionnes mieux comme ça, fais-le ! Mais ne vois pas ça comme une obligation pour mener à bien tes projets. Il y a bien sûr une différence entre travailler sur plusieurs histoires à la fois, et se disperser. Si tu as tendance à abandonner un texte pour en commencer un autre et ainsi de suite, forcément, ça ne peut pas marcher, mais il est tout à fait possible d’écrire plusieurs choses simultanément : tu peux faire avancer ton roman, en commencer un autre en parallèle, écrire des articles ponctuels… ta productivité n’est pas forcément à son summum en te cantonnant à une seule tâche.

 

Fais-toi confiance, ton instinct est souvent un bon indicateur, et si quelque chose te semble improductif, n’hésite pas à le passer à la trappe ! L’essentiel est de trouver ce qui fonctionne pour toi, pas de suivre des préceptes gravés dans le marbre en pensant que tu ne peux que réussir si tu les appliques à la lettre.

 

As-tu déjà suivi l’un de ces conseils ? Lesquels ont marché/pas marché pour toi ?