C’est avec surprise que j’ai découvert, il y a quelques jours, qu’une personne se disant écrivain proposait un coaching reprenant point par point le contenu (avec du mot pour mot d’une bonne moitié de mes cours) de mon coaching “Vaincre le syndrome de la page blanche”. Je passe les détails de la déplaisante découverte, mais je peux dire que j’ai probablement, intérieurement, épuisé ma réserve d’insultes vis à vis du plagiaire.
Le contact avec ce dernier ayant été infructueux (“tu vas faire quoi ?”), j’ai bien entendu contacté son hébergeur, preuves à l’appui (son site a été fermé à peine 72h plus tard, heureusement), et après mûre réflexion, j’ai pris une grande décision par rapport à mes coachings, par lassitude vis à vis de ce genre de situation, et pour régler une bonne fois pour toutes le problème, récurrent, qui concernait jusqu’à présent plutôt mes articles ou mes fictions.

Je reste zen, comme dans un précédent article sur le plagiat, et je prends les mesures qui s’imposent : les coachings ont été supprimés de mon site dans leur forme actuelle, il ne sera plus possible de les suivre. Mais, pour couper l’herbe sous le pied du petit c… malin qui a voulu s’en mettre plein les poches avec MON travail, je vais proposer, au fil de mes prochains articles sur ce blog, le contenu de mes coachings, GRATUITEMENT.
Syndrome de la page blanche, peur des critiques, blocages en tout genre, tout sera passé en revue, et je donnerai en prime toutes les clés pour les dépasser. Je parlerai également du côté freelance plus en détail, pour celles et ceux qui ont envie de sauter le pas et de faire de l’écriture leur métier.

J’en profite donc pour récapituler les parades au plagiat, car c’est quelque chose que presque tout écrivain rencontrera à un moment donné, et outre le fait de ne pas péter un plomb, il faut tout de même pouvoir y réagir.

 

CONTACTER L’HÉBERGEUR DU PLAGIAIRE

Si tu as les preuves du plagiat, il est rare que l’hébergeur ne règle pas le souci en supprimant le contenu plagié, voire en virant l’utilisateur incriminé. Par expérience, je peux te dire que le plagiaire est souvent fermé à tout dialogue, et que ce n’est pas de ce côté qu’il faut espérer un résultat, puisqu’il a plagié en toute connaissance de cause et se fiche de respecter ton travail.

 

INTENTER UNE ACTION LÉGALE

Je n’ai jamais eu à le faire, soit parce que le plagiat a été supprimé, et n’a rien rapporté au plagiaire, soit parce que l’hébergeur se charge des poursuites. Mais si le plagiat est assez grave pour te porter préjudice, alors n’hésite pas, c’est ton travail/ton activité qui sont en jeu.

 

 

 

PROPOSER LE CONTENU PLAGIÉ GRATUITEMENT

C’est l’option que j’ai choisie, simplement parce que les coachings n’ont jamais été le centre de mon activité, je suis écrivain avant tout, parce que le but a toujours été d’aider, pas de profiter des écrivains que je coache, parce que je ne suis pas procédurière et n’ai aucune envie de m’engager dans des poursuites longues et ennuyeuses, et parce que c’est jouissif de couper court à toute future tentative de se faire du fric avec le travail des autres.

 

Dans tous les cas, garde ton calme, et surtout, ne laisse pas ton ego parler. Fais la part des choses (préjudice financier, possibilités etc) avant de choisir une option, et reste toujours dans les faits, pas dans l’affect, lorsque tu essaies de régler la situation, dans le mail que tu vas envoyer, le coup de fil que tu vas passer ou autre.

Voilà, le résumé est fini, on se retrouve au fil des semaines avec ce contenu gratuit à venir, et je te souhaite de ne jamais rencontrer cette vilaine bête noire qu’est le plagiat !