Et voilà le volet n°2 de toutes ces erreurs à éviter pour ton premier roman !
Cette semaine, on passe en revue celles qui concernent ton roman terminé, ou du moins… quand tu crois qu’il l’est ! Tu penses que ton manuscrit est prêt à être envoyé ? Checke cette liste  des 10 erreurs à éviter pour la publication de ton premier roman avant de te lancer !

 

NE PAS ÉDITER TON TEXTE

Il est évident qu’un premier jet ne sera pas prêt à être envoyé à une maison d’édition, mais le second probablement non plus ! Penser que c’est le rôle de l’éditeur de remanier le texte, qu’il y aura une équipe prête à corriger, mâcher le travail de structuration sur un texte plus que brut  est aussi une idée reçue assez courante. L’éditeur est exactement ça : un éditeur. Il n’est pas un Bescherelle, ni un ghostwriter. Certes, si ton texte est accepté, il faudra certainement le retravailler pour coller aux critères de l’éditeur, mais à part pointer les défauts et parties à retravailler, l’éditeur n’en fera pas plus, l’écrivain, c’est toi.
Et si le manuscrit demande trop de travail, il sera simplement renvoyé, au mieux, avec le conseil de le revoir entièrement, si l’éditeur pense qu’il a quand même du potentiel. Mais il a surtout beaucoup de chances de passer à la trappe. Les éditeurs sont TRÈS sélectifs.

 

NE PAS CORRIGER TON TEXTE

Tu peux ne pas être un as de l’orthographe et de la grammaire, mais cela ne sera pas une excuse compte tenu de tous les logiciels qui existent pour éviter le maximum de fautes. Faire relire par quelqu’un de ton entourage plus calé que toi en français est aussi une option, ou, si tu as le budget, embauche un professionnel ! Mais ne néglige surtout pas cette étape car les éditeurs refuseront systématiquement un manuscrit bourré de fautes.

 

ENVOYER UN MANUSCRIT FARFELU

Tu veux te faire remarquer ? Fais le par la qualité de ton texte, ton respect des consignes, mais surtout pas via une police de caractères fantaisiste ou de la couleur, ce sera très mal vu. Le standard, c’est Times New Roman, en taille 12 points, et en noir. Rien d’autre.
Idem pour tout ce qui est interlignes, marges etc, laisse le réglage par défaut de ton éditeur de texte, il est en général adapté au standard requis, sauf si l’éditeur demande quelque chose de précis dans ses consignes.

 

NE PAS NUMÉROTER LES PAGES

L’éditeur a besoin, outre les marges pour réaliser des annotations, des numéros des pages pour pouvoir se référer à l’un ou l’autre passage. Comment veux-tu, s’il accepte ton manuscrit, qu’il te dise où se trouvent les parties à revoir ? Tout éditeur de texte a une option pour numéroter tes pages facilement, et si tu ne sais pas faire, Google a toujours la réponse !

 

ENVOYER UN MANUSCRIT RÉDIGÉ À LA MAIN

C’est très peu probable à l’heure actuelle, mais je préfère le préciser car on me l’a tout de même demandé une fois : tout roman doit être envoyé tapé à la machine ou sur ordinateur. Aussi soignée que soit ton écriture, l’éditeur te renverra à la case départ sans toucher 20 000 francs.

 

NE PAS RESPECTER LES CONSIGNES D’ENVOI DE L’ÉDITEUR

Les éditeurs ont dorénavant quasi tous un site internet qui décrit en détail comment leur envoyer ton manuscrit. Respecte les scrupuleusement, pour deux raisons : la première parce que tu ne veux pas voir ton roman refusé, la seconde parce que cela dit d’emblée à l’éditeur que tu ne respectes pas les règles donc que tu seras probablement une plaie s’il collabore avec toi.

 

NE PAS ENVOYER DE RÉSUMÉ

Un manuscrit ne s’envoie pas comme ça de but en blanc, il faut au moins l’accompagner d’un résumé qui donnera un aperçu de ce que tu as écrit à l’éditeur. En effet, c’est ce résumé qui aidera l’éditeur à décider si ton roman sera remis au comité de lecture.

 

MAL CIBLER LES ÉDITEURS

Pose-toi tout simplement cette question avant de choisir un éditeur : cet éditeur a-t-il déjà publié le genre que je lui envoie ?
Inutile d’envoyer de la science fiction à un éditeur qui fait dans la romance uniquement. Balade-toi dans les rayons des librairies et note les éditeurs concernés par le sujet traité dans ton roman, tout simplement !

 

NE VISER QUE LES GRANDS ÉDITEURS

Il n’y a pas que Gallimard, Grasset, Plon ou Albin Michel dans le milieu de l’édition ! Certes, cela fait rêver de publier avec une grande maison d’édition, et en aucun cas tu ne dois te priver de tenter ta chance ! Mais vise également des éditeurs plus petits, qui feront aussi un bon boulot !

 

ÊTRE IMPATIENT(E)

Il va falloir t’armer de patience car les réponses sont en général très longues à venir. Certains éditeurs donnent un délai sur leur site, d’autres pas. Et comme certains ne prennent pas toujours la peine de motiver leur refus, il est très difficile de savoir si on a encore une chance ou pas après quelques mois sans réponse. Dans tous les cas, si le délai annoncé par l’éditeur est dépassé, ou s’il n’en a pas annoncé et que tu as envoyé depuis plus d’un an, je te conseille de relire ton manuscrit pour éventuellement l’améliorer, et viser d’autres éditeurs.
Mais surtout, ne relance pas les éditeurs, ils détestent ça !

 

Cette fois, tu es paré(e), y’a plus qu’à !